J’ai pété mes lunettes juste avant d’être hospitalisé, de plus ma vue à changé, il faut que je consulte un ophtalmo et que j’aille voir un opticien ou que j’achète par le net. Je viens d’apprendre que si je veux faire ça pendant que je suis hospitalisé, je ne serais pas remboursé. C’est du grand nawak, encore une histoire de gros sous. Je vais donc devoir attendre ma sortie pour faire tout ça. Si c’est deux mois, et bien j’attendrais tout ce temps… Dommage, parce que j’ai trouvé des montures incassables pour tous types de verres à 10€ la paire (et jusqu’à 100€ selon les corrections à apporter). Je pense que je vais repasser par chez moi voir si ma carte de retrait est arrivée, si je peux la récupérer et payer je ne sais trop comment avec la curatelle, pas de chéquier ni de CB, restent les mandats compte ou flash, il faut que j’aille à la pèche aux renseignements en résumé.

Il faut aussi que je voie si je peux réactiver mon paypal, je n’ai rien dessus pour l’instant mais la plupart des sites les acceptent en paiements, ce serait une bonne alternative.

J’ai lu un truc sur la prostate, ça donne froid dans le dos et explique que je sois obligé de me lever 2 fois la nuit pour aller aux toilettes. Ce que je ne faisais pas plus jeune.

Je m’emmerde, ça fait cinq jours que je suis là et je m’emmerde déjà. Qu’est-ce que ça va être dans un mois sinon deux.

Bien sur, des activités vont se mettre en place, on m’a remis un joli planning pour la semaine à venir. Je dois revoir le médecin mardi, je serais plus direct, comme je l’ai déjà dis je n’ai pas envie de perdre mon temps. Il faut que ça s’arrange. Que je donne de ma petite personne.

Ma feline compagne me manque. J’ai eu Marielle au téléphone, elle m’a dit que ma chatte se faisait farouche, ça m’étonne un peu, elle est plutôt sociable habituellement, mais là c’est vrai qu’elle a été seule un moment, ça doit la dépayser. Mais je connais un peu Marielle, elle sait comment s’y prendre avec les animaux, elle va l’apprivoiser, simple question de temps. Mais j’aimerais vraiment la revoir. Un autre manque que celui, bien réel, qui m’attend et que je vois arriver sans enthousiasme, je ne pourrais plus dormir, je serais mal en général et mes petites courbatures du matin me sembleront bien pâles en comparaison de ce qui va me tomber dessus. Pas la peine de s’en faire une montagne, ce serra bien temps quand ça arrivera.

Il faut que j’accroche mon cerveau rebelle aux souvenirs câlins de ma petite chatte, ma Crapule. Aux choses positives. Il y a ici des gens qui ont vraiment des raisons de se plaindre, qui souffrent franchement sans aucune contrepartie.

C’est ce coté injuste de l’existence qui est révoltant, de la femme qui n’a jamais bu ni fumé et qui se coltine des cancers en avalanche, qui essaie de rester positive mais a parfois du mal à freiner une descente inique.

La mort est parfois une amie désirée.

Il est difficile de pactiser avec la souffrance. Comme le diable, elle a plus d’un tour dans son sac et n’en finit pas de révéler les aspects les plus torturés de ces malédictions intimes.

Allez, fin du dimanche et début de la semaine en forme d’engueulade pour prise de café (sans sucre) alors que je devais être à jeun. « Ah non non non monsieur, à jeun c’est à jeun, on vous l’avait dit pourtant. »

Mouais.