Vendredi dernier (mi-fevrier), Nova m'a avancé 160 mg de metha + 120 mg du traitement. Avec ça, j'ai pris deux (?) plaquettes de valium. Ca, c'était le jeudi, la suite des événements se perd dans les brumes de la défonce dés le vendredi. Le lundi, je suis allé au Csapa., j'étais encore délirant. Je ne tenais pas debout, me cassant sans arrêt la gueule.Les infirmières l'ont vu tout de suite, je ne pouvais pas leur faire à l'envers. Depuis, pas de médoc ni de metha en excès, je me suis fais peur, j'étais délirant.a peine capable de parler. Retour à la case départ, je retourne au CSAPA tous les jour et pas d'écart de conduite toléré. Test urinaires souvent ou en cas de doute. Menace d'éjection en cas d'abus, j'ai bien failli me faire virer purement et simplement. J'ai été à coté de mes pompes pendant 3-4 jours, je ne sais plus ce que j'ai pris, on m'a raconté un peu mais dans l'ensemble c'est le trou noir pendant 4 jour.

Je suis dégoûté, en quatre jours c'est des mois d'efforts qui s'envolent en fumée. En attendant, ça m'a remotivé pour assurer et ne pas reconsommer. Je paie très cher cette remotivation. Je ne parle même pas de la perte de confiance du personnel du CSAPA.

Je n'avais plus la tolérance d'avant et cette surcharge de metha (280 mg alors que normalement je suis à 40 mg) couplé au valium (je sais que j'ai fumé aussi) m'a mis au bord de l'OD. J'étais dans un état de confusion totale.

Je ne peux plus faire d'excès de métha + benzo. Mon seuil de tolérance à beaucoup baissé. En même temps que ma consommation quotidienne normale. Et je ne rajeunis pas, ça compte aussi.

Du coup au CSAPA ils ont resserré tous les boulons, j'y retourne tous les jours, traitement pris devant l'infirmière, plus de métha d'avance. Je vais devoir me sevrer tout seul je pense. Pour l'instant, je me remet gentiment de mes délires du WE dernier. Pour la suite je verrais.

Dans l’immédiat, je ne peux pas me sevrer, vu que je dois prendre ma metha devant l'infirmière et de toutes manières, il ne faut pas faire n'importe quoi avec la metha. Je vais être sage et suivre les directives du CSAPA. J'ai vu un nouveau médecin, dont je n'arrive pas à mémoriser le nom, et qui m'est beaucoup plus sympathique que l'autre, mais je n'ai pas mon mot à dire dans le choix du médecin.

Je dois aller à la clinique du parc vers St Ouen, pour faire un bilan cognitif et sensitif. Ca devrait me prendre trois semaine environ mais je n'ai pas beaucoup d'infos à ce sujet, je ne sais pas quand ce sera par exemple. Quand j'aurais retrouvé internet, je me renseignerais. On est le 27, le 28 j'aurais mon salaire et selon ce dont je disposerais, j'aurais un nouveau smartphone et je rétablirais internet. Je pourrais me lancer dans des démarches administratives and co.

Dans l'immédiat, je n'ai pas pu m'y atteler. Je n'avais même pas de quoi me payer un timbre. J'attends avec patience d'avoir mon salaire. Rien à faire d'autre qu'attendre. J'espère que j'aurais un salaire complet et non un demi salaire comme le mois dernier. Ca n'arrangerait vraiment pas mes affaires. J'aimerais vraiment pouvoir payer mon loyer sans passer par mon père. Il en a marre et je le comprends.

Je ne pourrais rien faire avec un demi traitement.

Je dois encore pas mal d'argent aux impôts.

Il faudra bien les payer un jour ou l'autre. Ils se serviront à la source. Je ferais avec, une vieille habitude.... J'aimerais tout de même être mensualisé, il faut que je fasse le point. Il y a tant de choses que j'aimerais faire, et si peu que je réalise faute de moyen généralement....