C’est le train train, en semaine je vais tous les jours au CSAPA, ils me donnent mon cachet pour l’hépatite C et mon traitement d’appoint pour la journée, ainsi que les 40 mg du lendemain. C’est moi qui leur ai demandé de procéder ainsi, car je me réveille souvent en manque, et avoir la métha du jour est un soulagement.

J’ai acheté du valium il y a une semaine environ, mais au lieu de le prendre par doses massives comme je le faisais avant, je le prend par 3 ou 5 cp (c’est du 5 mg, la dose la plus légère), ça dure plus longtemps et je ne me retrouve pas du coté de proxima du centaure. Je suis pratiquement normal et ça m’aide à dormir. J’ai eu également du tercian 25mg, j’en ai pris 4 en une semaine, pas du tout une logique de défonce. Le temps passé sans me défoncer du tout m’a calmé, je suis plus sage… Même si ce n’était pas pour une décision consciente, mais pour des raisons financières. Ca a eu le mérite de me faire du bien.

Pour la métha, pas de changements non plus : ils (le CSAPA) me donnent 40 mg et je prends 20 mg, j’en garde un peu au cas ou et le reste passe dans les toilettes. C’est un crève cœur à chaque fois, mais les alternatives seraient bien pire. Par contre, je fais un blocage psychologique pour descendre en dessous de 20 mg. J’y arrive une journée (et encore…) et je ne parviens pas à continuer dans cette voie. Par le passé, il m’est arrivé de tenir trois jour, sans grand désagrément physique, mais le mental ne suit pas. Il va me falloir un sacré déclic pour dépasser ça. Je ne me mets pas la rate au court bouillon pour autant, chaque chose en son temps. C’est ma philosophie par rapport à la descente de metha. Quand je me sentirais prêt, ça ira tout seul.

A partir du mois prochain, je n’irais plus au CSAPA que 3 fois par semaines, au lieu d’y aller tous les jours. Ca allégera la contrainte.

Pour résumer, malgré certaines déviances, ça va plutôt bien dans l’ensemble.

Le pire qui puisse m’arriver, c’est que je recommence à faire des extras de métha. Pour le moment, de ce coté là ça va.

Je ne consomme pas assez de valium pour que ça se voie, les infirmière, pourtant rodées à repérer ce genre de choses, n’y voient que du feu. De toutes façons, je n’en prends pas le matin, donc je suis clean en arrivant au CSAPA. Il faudrait que je prenne 10 cp ou plus pour que ça se voie le lendemain. Le valium à une demi-vie assez longue.

Bon courage à tous ceux qui en ont besoin.