Accueil

smiley : regular_smile Café bien chaud

 J’ai pété mes lunettes juste avant d’être hospitalisé, de plus ma vue à changé, il faut que je consulte un ophtalmo et que j’aille voir un opticien ou que j’achète par le net. Je viens d’apprendre que si je veux faire ça pendant que je suis hospitalisé, je ne serais pas remboursé. C’est du grand nawak, encore une histoire de gros sous. Je vais donc devoir attendre ma sortie pour faire tout ça. Si c’est deux mois, et bien j’attendrais tout ce temps… Dommage, parce que j’ai trouvé des montures incassables pour tous types de verres à 10€ la paire (et jusqu’à 100€ selon les corrections à apporter). Je pense que je vais repasser par chez moi voir si ma carte de retrait est arrivée, si je peux la récupérer et payer je ne sais trop comment avec la curatelle, pas de chéquier ni de CB, restent les mandats compte ou flash, il faut que j’aille à la pèche aux renseignements en résumé.

Il faut aussi que je voie si je peux réactiver mon paypal, je n’ai rien dessus pour l’instant mais la plupart des sites les acceptent en paiements, ce serait une bonne alternative.

J’ai lu un truc sur la prostate, ça donne froid dans le dos et explique que je sois obligé de me lever 2 fois la nuit pour aller aux toilettes. Ce que je ne faisais pas plus jeune.

Je m’emmerde, ça fait cinq jours que je suis là et je m’emmerde déjà. Qu’est-ce que ça va être dans un mois sinon deux.

Bien sur, des activités vont se mettre en place, on m’a remis un joli planning pour la semaine à venir. Je dois revoir le médecin mardi, je serais plus direct, comme je l’ai déjà dis je n’ai pas envie de perdre mon temps. Il faut que ça s’arrange. Que je donne de ma petite personne.

Ma feline compagne me manque. J’ai eu Marielle au téléphone, elle m’a dit que ma chatte se faisait farouche, ça m’étonne un peu, elle est plutôt sociable habituellement, mais là c’est vrai qu’elle a été seule un moment, ça doit la dépayser. Mais je connais un peu Marielle, elle sait comment s’y prendre avec les animaux, elle va l’apprivoiser, simple question de temps. Mais j’aimerais vraiment la revoir. Un autre manque que celui, bien réel, qui m’attend et que je vois arriver sans enthousiasme, je ne pourrais plus dormir, je serais mal en général et mes petites courbatures du matin me sembleront bien pâles en comparaison de ce qui va me tomber dessus. Pas la peine de s’en faire une montagne, ce serra bien temps quand ça arrivera.

Il faut que j’accroche mon cerveau rebelle aux souvenirs câlins de ma petite chatte, ma Crapule. Aux choses positives. Il y a ici des gens qui ont vraiment des raisons de se plaindre, qui souffrent franchement sans aucune contrepartie.

C’est ce coté injuste de l’existence qui est révoltant, de la femme qui n’a jamais bu ni fumé et qui se coltine des cancers en avalanche, qui essaie de rester positive mais a parfois du mal à freiner une descente inique.

La mort est parfois une amie désirée.

Il est difficile de pactiser avec la souffrance. Comme le diable, elle a plus d’un tour dans son sac et n’en finit pas de révéler les aspects les plus torturés de ces malédictions intimes.

Allez, fin du dimanche et début de la semaine en forme d’engueulade pour prise de café (sans sucre) alors que je devais être à jeun. « Ah non non non monsieur, à jeun c’est à jeun, on vous l’avait dit pourtant. »

Mouais.

lundi 18 juin à 08h40 par klodd dans Autographie | # | 3 commentaires

smiley : regular_smile hosto again

 On m’a bien piqué pour me prendre ce qu’il m’a semblé être des litres de sang, en gros une douzaine de tubes, il n’y en avait pas tant que ça mais ça coulait lentement, ça a été long.. C’était une vraie pro, elle m’a eue du premier coup. C’est assez rare pour mériter d’être mentionné. Le médecin voulait savoir ce que je voulais en venant ici, comme je ne le sais pas moi-même, on risque d’avoir du mal à s’entendre. Déjà, si j’arrive à me faire entendre pour arrêter la meta, ce serait un formidable progrès. C’est la seule chose que j’ai mentionné, je suis sevré des benzo, reste à me préserver. Je suis prêt à rester deux mois si je peux arrêter la méta en douceur. Si je n’ai pas cette option validée par les médecins locaux, je ne sais pas quelle est ma place ici. Donc je partirais rapidement si je ne suis pas entendu. Je n’ai pas de temps à perdre.

Apparemment, il y a pas mal de sevrages en alcoologie. Des cancéreux aussi. Ils ont l’air de bouffer à tous les râteliers. Le médecin que j’ai vu (je vais l’appeler… Disons… Magoo. Le Dr Magoo à eu l’air passionné d’apprendre qu’il y avait un hôpital près de chez moi, avec éventuellement un service d’hôpital de jour. Selon lui, c’est la solution idéale. Mouais. Il en avait été brièvement question à l’hôpital psy, mais il n’est pas question que je retourne dans ce mouroir. Donc ce sera l’hosto local. Comme il y en a deux, ça laisse de la place pour l’identification.

Je pense que deux mois devraient suffire pour la metha. Physiquement en tous cas.

Je suis déjà suivi par le CSAPA, service lui-même dépendant de l’hôpital. Ce serait bluffant qu’ils m’orientent vers là d’où je viens. Très conforme à l’administration. Ca me rappelle les « douzes travaux d’Asterix », il y en a un ou Asterix affronte l’administration, décrite comme absurde et propre à rendre fou quiconque s’y frotte.

J’ai eu droit à une IRM, que d’attente… Je fais des SMS à Nath, elle ne m’a pas répondu pour l’instant, je ne sais pas dans quel état elle est en fait.

C’est encore tout récent qu’elle a émergé, et qu’elle n’est plus intubée, qu’elle peut donc parler. Je ne suis pas bavard, mais j’ai trouvé ça très frustrant de ne plus pouvoir parler alors qu’on est intubé.

Ca m’a fait bizarre, presque choquant, de lire mon « cursus » sur la page de description du patient. De mémoire (ce qu’il en reste…), tabac, alcool, héroïne, codéine, methadone, subutex, benzodiazépine, cannabis et j’en ai oublié, comme les amphés, LSD et autre joyeuseté. Comme une claque en plein visage.

Comme une accusation plutôt.

Entre les deux, disons.

C’était tourné de telle façon que ça semblait être mon quotidien. Alors que tout ça, à part la metha, est passé parfois depuis fort longtemps. Quand je leur signale que j’ai plus de tension qu’à mon habitude, ils me répondent que c’est normal, c’est le sevrage. Je ne sais de quoi ils s’imaginent que je me sèvrent, à la rigueur des benzo, pour la metha ça n’a pas bougé d’un iota (pour le moment) quand au reste c’est déjà fait depuis longtemps. Il va falloir que je remette les pieds dans le plat, pour signaler aux médecins que je veux stopper la metha.

J’ai le sentiment de ne cadrer avec aucune de leurs petites cases, du coup ils me mettent dans une case carrée destinée à une forme arrondie et forcent au lieu d’arrondir les angles. Je ne sais pas si vous voyez le topo. Je m’explique comme un manche.

Je vais donc baisser la metha, si ça se passe bien je tenterais l’arrêt complet, je ne vois pas ce que je peux faire d’autre. Ca dépendra du protocole qu’ils veulent appliquer, je ne referais pas l’erreur que j’ai fait en 2003 à vouloir aller trop vite. A ma décharge, j’ai voulu aller trop vite et tout arrêter en même temps du fait des médecins. Alcool, métha, canna et médoc, ça faisait beaucoup, le tout en deux mois. J’aurais peut-être tenu le coup sur un produit, pas sur 4, et encore… Pourtant, j’avais un mental d’acier. Ce ne sont que des suppositions. La vie s’est chargée de me rappeler à l’ordre.

Tant que la question de l’alcool n’était pas réglée, tout le reste était au mieux bancal. Je me sens plus solide de ce point de vue aujourd’hui. Mais les opiacés, ça c’est un sacré challenge. Depuis que j’ai 16 ans, je n’ai fait que de brèves pauses, donc ces trente dernières années, je n’ai pas arrêté plus de trois mois, à deux reprises. Pas génial…

Pour moduler un peu, il y a eu de longues périodes pendant lesquelles c’était « géré » par une délivrance par le corps médical, sans grosses défonces. Mais il y avait toujours quelques grains de sable qui se mettaient dans les rouages de la machine et bloquaient tout. En pratique, un produit remplaçait l’autre, et en toile de fond, c’est à dire tout le temps, il y avait l’alcool, le tabac et les opiacés. J’ai arrêté l’alcool, remplacé le tabac par l’e-cig, restent les opiacés. Ce qui me laisse assez fragile la majorité du temps. Je pourrais me mettre à la coke ou au crack, mais je n’ai (presque) aucune expérience et/ou fragilité de ce point de vue. C’est juste un terrain glissant à surveiller en tant que dépendant. A force de vouloir tout surveiller et se méfier de tout, c’est usant. C’est un mode de fonctionnement habituel chez moi, de vouloir se méfier de tous les produits potentiellement dangereux en tant qu’addict.

J’ai eu une sorte de révélation (n’exagérons rien…) cette nuit, le danger pourrait provenir tout bêtement de l’alcool. Ou c’est mon inconscient qui me joue des tours.

C’est fou comme je peux dormir, douze heures la nuit plus une sieste de une ou deux heures. J’ai mal partout le matin, à cause du matelas. Il faut dire qu’il n’y a pas grand-chose d’autre à faire. Je suis bien content d’avoir cette capacité à me réfugier dans le sommeil, ça m’occupe.

dimanche 17 juin à 09h24 par klodd dans Autographie | # | 1 commentaire

smiley : regular_smile Tente à Sion

 

Depuis deux semaines j’ai pris sagement mes 40 mg de metha tous les jours à peu près à heure fixe, sans écarts ni déviation. J’étais assez content de moi (disons que je ressentais une petite satisfaction intérieure). Aujourd’hui j’ai pris 20 mg, avec l’anxiété de ne pas avoir pris assez et la crainte d’éprouver des symptômes de manque. Mais non, à cette heure (20:00) tout va bien. Je vais essayer de continuer dans cette voie.

Les jours a venir risquent d’être plus délicats à gérer, étant donné que la métha à une demi-vie assez longue. Ce qui implique qu’aujourd’hui j’ai surfé sur la vague de ce que j’ai pris hier, mais demain je n’aurais pas cette vague à surfer, mon moteur endorphinien tournera à vide.

Je ne sais pas comment ça va se passer demain, je dois voir mon toubib au CSAPA, et je pense qu’ils vont me donner 4 jours de traitement d’un coup, car il n’y aura pas d’infirmière pour la distribution vendredi et lundi c’est férié. Ce qui, pour moi et la petite mécanique perverse que j’ai dans le cerveau depuis 30 ans, représente un risque majeur de prise de métha en surdose. Ce qui me ferait… Deux secondes, je calcule… 140mg d’un coup. Pas assez pour que ce soit un risque pour ma santé, mais j’essaie de me discipliner pour éviter ce genre d’écueil.

En ce moment, je tente d’apaiser mes envies sur les benzos et la metha, pour les benzos et grâce à l’aide de Lolo, j’ai désamorcé une belle petite bombe à retardement et des cravings probables. Nath voulait des Valium, je les lui ai trouvé, mais plutôt que les conserver, je les ai donné en garde jusqu’au moment ou je pourrais les lui donner. Ca m’évitera de me torturer les méninges.

 

mercredi 28 mars à 20h25 par klodd dans Avertissement | # | commenter

smiley : regular_smile Faux pas

 

Vendredi dernier (mi-fevrier), Nova m'a avancé 160 mg de metha + 120 mg du traitement. Avec ça, j'ai pris deux (?) plaquettes de valium. Ca, c'était le jeudi, la suite des événements se perd dans les brumes de la défonce dés le vendredi. Le lundi, je suis allé au Csapa., j'étais encore délirant. Je ne tenais pas debout, me cassant sans arrêt la gueule.Les infirmières l'ont vu tout de suite, je ne pouvais pas leur faire à l'envers. Depuis, pas de médoc ni de metha en excès, je me suis fais peur, j'étais délirant.a peine capable de parler. Retour à la case départ, je retourne au CSAPA tous les jour et pas d'écart de conduite toléré. Test urinaires souvent ou en cas de doute. Menace d'éjection en cas d'abus, j'ai bien failli me faire virer purement et simplement. J'ai été à coté de mes pompes pendant 3-4 jours, je ne sais plus ce que j'ai pris, on m'a raconté un peu mais dans l'ensemble c'est le trou noir pendant 4 jour.

Je suis dégoûté, en quatre jours c'est des mois d'efforts qui s'envolent en fumée. En attendant, ça m'a remotivé pour assurer et ne pas reconsommer. Je paie très cher cette remotivation. Je ne parle même pas de la perte de confiance du personnel du CSAPA.

Je n'avais plus la tolérance d'avant et cette surcharge de metha (280 mg alors que normalement je suis à 40 mg) couplé au valium (je sais que j'ai fumé aussi) m'a mis au bord de l'OD. J'étais dans un état de confusion totale.

Je ne peux plus faire d'excès de métha + benzo. Mon seuil de tolérance à beaucoup baissé. En même temps que ma consommation quotidienne normale. Et je ne rajeunis pas, ça compte aussi.

Du coup au CSAPA ils ont resserré tous les boulons, j'y retourne tous les jours, traitement pris devant l'infirmière, plus de métha d'avance. Je vais devoir me sevrer tout seul je pense. Pour l'instant, je me remet gentiment de mes délires du WE dernier. Pour la suite je verrais.

Dans l’immédiat, je ne peux pas me sevrer, vu que je dois prendre ma metha devant l'infirmière et de toutes manières, il ne faut pas faire n'importe quoi avec la metha. Je vais être sage et suivre les directives du CSAPA. J'ai vu un nouveau médecin, dont je n'arrive pas à mémoriser le nom, et qui m'est beaucoup plus sympathique que l'autre, mais je n'ai pas mon mot à dire dans le choix du médecin.

Je dois aller à la clinique du parc vers St Ouen, pour faire un bilan cognitif et sensitif. Ca devrait me prendre trois semaine environ mais je n'ai pas beaucoup d'infos à ce sujet, je ne sais pas quand ce sera par exemple. Quand j'aurais retrouvé internet, je me renseignerais. On est le 27, le 28 j'aurais mon salaire et selon ce dont je disposerais, j'aurais un nouveau smartphone et je rétablirais internet. Je pourrais me lancer dans des démarches administratives and co.

Dans l'immédiat, je n'ai pas pu m'y atteler. Je n'avais même pas de quoi me payer un timbre. J'attends avec patience d'avoir mon salaire. Rien à faire d'autre qu'attendre. J'espère que j'aurais un salaire complet et non un demi salaire comme le mois dernier. Ca n'arrangerait vraiment pas mes affaires. J'aimerais vraiment pouvoir payer mon loyer sans passer par mon père. Il en a marre et je le comprends.

Je ne pourrais rien faire avec un demi traitement.

Je dois encore pas mal d'argent aux impôts.

Il faudra bien les payer un jour ou l'autre. Ils se serviront à la source. Je ferais avec, une vieille habitude.... J'aimerais tout de même être mensualisé, il faut que je fasse le point. Il y a tant de choses que j'aimerais faire, et si peu que je réalise faute de moyen généralement....

 

 

mardi 27 février à 20h16 par klodd dans blasblaseries | # | 3 commentaires

smiley : regular_smile hauts et bas

 J’ai donné un « ultimatum » à mes deux colocataires restants (sur 5 à un moment), jusqu’à la fin du mois, négociable. C’est eux qui ont profité de la situation et c’est moi qui culpabilise. Je dois être tordu.

Je pense que je peux faire une croix sur les prochains loyers, vu le ressentiment contaminant de l’un d’eux. Le second a toujours été correct,en dehors du fait qu’il me doit 150€, et ce depuis un moment. Quand je lui en parle il se contente de dire « fais moi confiance ». Mais la confiance, comme ma patience, n’est pas éternelle.

Sinon, je suis passé d’une visite tous les jours au csapa à une visite tous les deux jours, trois visites par semaine au lieu de cinq donc. C’est moins contraignant.

Et puis, ça me donne confiance en moi qu’ils aient confiance en moi. C’est un peu limite comme tournure de phrase, il faudra faire avec.

Hier, grosse journée, Csapa le matin, suivi d’un passage éclair chez N, puis visite à l’hôpital où ils m’ont enlevé mon plâtre en fibre pour une structure plus légère en caoutchouc et un maintien amovible que j’ai acheté en pharmacie.Le médecin m’a dit que d’ici un an et demi environ,il faudra m’enlever les broches et la plaque métallique implantés dans mon poignet. Je ne suis pas pressé d’y être.

On n’est pas des bouts de viande, parfois j’ai l’impression que je le suis pour les chirurgiens. Je me dis qu’il y a pire que moi, ce qui n’est qu’à moitié rassurant.

J’ai perdu ( ? hum?) ma cigarette électronique il y a une semaine environ, ce qui fait que je me suis remis à la cigarette sale (sale parce ce que c’est ce que c’est devenu pour moi, cendres, brins de tabacs, jaunissement d’à peu près tout etc...). A la réception de mon salaire mon premier investissement sera pour une e-cig (une spinner II, un classique), pour le reste j’ai tout ce qu’il me faut. Il ne me manque que la batterie, qui coûte environ 25 €.Je la recevrais deux jours après ma commande, vers le 30 donc.

Quel soulagement ce sera ! Je n’aime pas spécialement la cigarette, qui n’est qu’une saloperie de dépendance, et je me suis habitué à l’e-cig. Maintenant ça me manque. Plus que huit jours à tenir.

Au crédit de mes colocataires, ils m’ont largement aidé à nettoyer l’appartement, sauf des traces de peinture qui devaient partir à l’eau, mais la peinture ne devait pas être au courant parce qu’elle ne part pas. On essaiera au white spirit. On a nettoyé les WC qui en avaient bien besoin , ainsi que la salle de bain. J’ai acheté du savon de Marseille parfumé à la vanille. Ca me sert de savon, de produit de rasage, de shampoing (avec mes cheveux très courts ça le fait), il n’y a que le dentifrice que ça ne remplace pas. Maintenant, c’est le savon liquide qui remplace tout, mais le principe est le même. Ca étonne certains pour qui il faut un produit pour chaque usage, mais le savon fait presque tout. Le reste (les marques surtout), c’est de l’arnaque. Le « + c’est cher mieux c’est » à fait son temps, mais continue son travail de sape.

Je suis devenu parano chez moi (c’est un comble!), je cache mes medocs, il en sera de même avec ma thune, bref c’est surréaliste. J’essaie de faire attention à tout, mais avec ma mémoire de colibri, c’est difficile. Ma parano n’aide pas non plus , dés que quelque chose disparaît, je deviens soupçonneux. Il y en a plus à disparaître qu’à réapparaître. On appelle cet appart la maison des fantômes. Moi je l’appellerais la maison des voleurs, chacun son interprétation. Ils ne sont pas tous voleurs, heureusement, mais certains le sont pour deux.

Parano.

Ca devient problématique quand c’est la metha qui disparaît. Vraiment gênant. Si je fais le compte des choses qui ont disparus sans réapparaître, il y a ma cigarette électronique, mon traitement d’appoint (antidépresseur et régulateur de l’humeur), la metha (2 jours, aïe), bref tous mes médicaments pour ce week-end, et ça fait mal. Ça la fout mal par rapport au CSAPA. Alors que je passe tout juste de cinq passages à trois par semaines, bonjour la confiance. Je leur ai fait la remarque un jour, que ce genre d’événement jouait sur la confiance, elles (les infirmière) m’ont répondu que non, pas du tout. Mais je me mets à leur place, et je sais ce que j’en penserais…

Nova m’a téléphoné tout à l’heure, il avait très mal pris le fait que les autres ne voulaient plus le voir chez moi. A la rigueur dans l’escalier, mais c’était tout. Ils l’accusaient de tous les vols, mais manifestement à tord puisque des objets continuent à disparaître alors qu’il n’est pas venu depuis un bon moment…

Je pense qu’il avait changé et qu’il avait arrêté de voler chez moi,mais je ne risquerais pas ma chemise là-dessus. Il n’a pas regagné ma confiance, il m’en a trop fait voir.

Un voleur de moins, reste deux voleurs potentiels et ma mémoire défaillante. J’ai pu les égarer et oublier où ils étaient. Quel imbroglio… Tout le monde savait où je rangeais mes médoc (toujours à la même place, pour éviter de les égarer), et Nova n’en a jamais volé,ce n’était pas son domaine de prédilection, son truc à lui c’était les portables.

Je ne pense pas avoir égaré mes médicaments, jai tout retourné dans mon appart, et rien. Quand mes squatters seront partis, je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même dans un cas similaire,mais c’est la première fois que ça se produit,d’où ma parano.

Mon prochain mouvement d’échec, un pat, ce sera de tout garder sur moi. C’est ce que fait Khalil, et il est à peu près impossible de le voler. A peu près seulement.

Khalil m’a donné un cp de subutex 8mg, j’ai pris le risque de le consommer, si ça foire je suis bon pour une crise de manque format géant, mais comme je suis déjà mal, ce sera difficile d’être pire. Façon de parler,ça peut toujours être pire.

Petit intermède agréable, Khalil m’a donné 8 mg de subutex, ce qui fait que je ne suis plus trop en manque, et j’ai croisé Nova qui a joué les marchands de sable en me fournissant de quoi dormir. Ce n’est pas la panacée ou le nirvana, mais ça va beaucoup mieux. Ca ira encore mieux demain quand j’aurais mon traitement normal. Reste à savoir ce que je vais dire aux infirmières. La vérité, c’est encore le plus simple. Mais ça ne m’enthousiasme pas.

Passez une bonne semaine, la mienne sera difficile jusqu’à jeudi ou vendredi, puis les choses s’arrangeront par la magie de l’argent.


dimanche 24 septembre 2017 à 20h50 par klodd dans blasblaseries | # | commenter
Précédent : Quotidien
 
Hébergé par karmaos.com